Participez au Chat on line avec les responsables des parcours du master Marketing & Stratégie

27 janvier 2016
Le Live’Chat du 15 février permet de répondre à toutes les questions sur...

Challenge Impex 2012 : destination Hong-Kong

26 novembre 12

Comme chaque année en mars, Mr Jean-Yves Lacroix, professeur en marketing management mais également PDG du groupe Impex, propose aux étudiants du master de réfléchir sur une problématique rencontrée par sa société. Cette année, le sujet porte sur mynotedeco, une marque d’ameublement créée par le groupe Impex : Comment théâtraliser les produits en point de vente et comment créer le buzz autour de ces produits ?

Comment théâtraliser les produits d’ameublement mynotedeco en point de vente et comment créer le buzz autour de ces produits ?

Par Meriem Bour, Clémence Gauthier, Camille Giraudeau, Clémence Guerber et Fernando Pimenta

 

Après deux mois de réflexion intense, la créativité du master 204 a porté ses fruits : six magnifiques présentations Powerpoint sont enfin prêtes à être exposées au regard des équipes mynotedeco. Mardi 15 mai 2012, le stress est à son paroxysme à l’Automobile Club de France où Mr Jean-Yves Lacroix a réuni l’ensemble de la promotion ainsi que les cadres dirigeants de mynotedeco. Six groupes, un seul vainqueur et une destination de rêve à la clé : Hong-Kong !

Après 15 longues minutes de debrief sur les six projets présentés, le groupe vainqueur est annoncé : Meriem, Clémence, Camille, Clémence et Fernando s’envoleront dans un mois à destination de l’Asie !

 

Récit d’une semaine d’aventures

Vendredi 15 juin, le jour J est arrivé. Nous embarquons tous les cinq pour 24h de trajet… mais surtout pour une semaine INCROYABLE à l’autre bout du monde.

A bord du tramway à deux étages mais également des ferrys reliant Hong-Kong au continent et aux iles alentours, nous avons parcouru durant 6 jours cette partie de l’Asie qui nous était à tous totalement inconnue.

Dans le quartier d’affaires à Central

 

Les îles

Hong Kong, c’est une partie reliée au continent chinois, et une autre composée d’îles très différentes les unes des autres, chacune avec leur charme et qui valent toutes le détour. Nous avons d’abord vu la petite île de pêcheurs Cheung Chau, avec son port typique grouillant de bateaux attachés les uns aux autres, son temple bouddhiste et ses petites ruelles avec les poissons et autres animaux qui sèchent et où l’on peut apercevoir entre autre les arrières cuisine… Mais cette île est charmante et offre un break loin des gratte-ciels.

 

La petite île de Cheung Chau

L’île de Lantau est celle qui nous a le plus plu : elle est un peu plus sauvage que les autres, bouddha géant construit dans les années 90… Nous avons commencé par une excursion en bateau pour entrer par la mer dans un village de pêcheurs sur pilotis très mignon, mais aussi et surtout pour voir des dauphins roses, on est ensuite montés en haut du « Big Bouddha », vraiment impressionnant et avec une vue imprenable.

 

 

Lantau, et le Big Buddha

Autre île proche de Hong Kong et où le petit centre historique très mignon côtoie le Vegas chinois : Macao. C’est une ancienne colonie portugaise donc imaginez l’excitation de Fernando à l’idée de pouvoir parler Portugais ! Première désillusion : ni les chauffeurs de taxi, ni la plupart des personnes rencontrées ne parlent Portugais à Macao… Par contre, dans le centre historique on se croirait presque au Portugal s’il n’y avait pas des magasins chinois et des étales plein de viande séchée qui suinte avec la chaleur et dont on nous tend des morceaux à déguster… Mais c’est ça le charme de cette île ! Le centre est vraiment très joli et monter à la forteresse quand le soleil se couche vaut le coup d’œil ! Et c’est quand la nuit tombe et que les lumières des casinos s’illuminent que l’on peut voir l’autre aspect de l’île : le Las Vegas made in Asia. Des buildings plus grands et illuminés les uns que les autres, des salles de jeux où s’amassent les joueurs autour des tables de poker, blackjack ou roulette, des spectacles de French cancan, etc. Mais tout cela fait bien faux et c’est finalement en cherchant un bar plus typique un peu que Fernando a enfin rencontré des personnes parlant Portugais : les vrais habitants de l’île depuis plusieurs générations, très chaleureux et sympathiques !

 Le centre historique de Macao

 

La vie nocturne

Hong Kong ce n’est pas seulement des buildings et des marchés plus originaux les uns que les autres. Hong Kong est également réputé pour sa vie nocturne très agitée, et nous avons décidé de bien en profiter ! Nous avons passé plusieurs soirées dans le fameux quartier de Lan Kwai Fong où les bars se suivent … et se ressemblent, mais qui deviendra rapidement notre QG. Nous ne sommes pas dépaysés : nombreux Européens se déhanchent sur de la musique commerciale européenne ! Nous y avons fait toutes sortes de rencontres : des expat’, des pilotes d’avion et même d’anciennes connaissances ! Nous y avons également découvert les « Ladies Night » où le concept est simple : une à deux fois par semaine, tout est gratuit pour les filles ! Pauvre Fernando… Nous avons assisté à la fameuse Symphony of lights ou en d’autres termes un show à l’américaine ! Tous les soirs à la même heure, les buildings de la baie d’Hong Kong sont illuminés et présentés un à un à la foule, le tout dans une ambiance sonore des plus kitsh ! Ce spectacle nous a offert un moment magique qui restera à jamais gravé dans nos mémoires ! Comment aller à Hong Kong sans aller parier sur le fameux champ de course « Happy Valley » ? Un hippodrome particulier qui ne ressemble en rien à celui de Longchamp. En plein milieu des gratte-ciel, une ambiance conviviale et festive y règne où la population française y est très représentée ! Camille et Meriem, les plus joueuses, ont même réussi à gagner de quoi se faire rembourser leur ticket grâce au cheval n°9 !

L’Avenue of stars et the Symphony of lights

L’hippodrome Happy Valley

 

Le choc culinaire

Aller en Asie, c’est aussi mettre à l’épreuve à la fois son palais et son estomac. Car si tout le monde sait que c’est le continent le plus peuplé du monde, c’est aussi celui qui regorge des plus nombreuses et étonnantes saveurs, C’est donc déterminés à tout goûter et armés d’une curiosité sans pareille que nous avons entamé notre aventure culinaire. Et tout y sera passé : Du Vietnamien au Thaïlandais en passant naturellement par le cantonais ; de la petite gargote perdue sur l’île de Lantau au restaurant très chic de Causeway Bay en faisant un détour par un hôtel ultra-touristique de Macao ; nous sommes passés d’un extrême à l’autre, de l’extase à l’embarras.

Verdict : qu’on se le dise, la Chine ne vole pas sa réputation quand il s’agit de riz. Le bol de riz, c’est comme le pain en France, c’est une institution. Et on comprend pourquoi : il peut être un repas à lui tout seul, surtout quand votre estomac vous réclame une pause bien méritée dans vos découvertes culinaires. Les grands classiques de la cuisine chinoise ont également conservé tous leurs galons à nos yeux : poulet citronnelle, canard laqué, nouilles sautées, porc au caramel… Rien à dire, c’est efficace et c’est bon.

Mais une semaine en Chine ne serait pas vraiment ce qu’elle est sans ses petites mésaventures gustatives ou odorantes. Les ramens, bien que spécialités chinoises, n’auront pas réussi à convaincre Camille quand le durian, le roi des fruits étalé sur les marchés et surtout interdit dans les aéroports aura achevé le nez de Meriem. Nos deux Clémence se souviendront certainement des objets non identifiés de leur riz exotique de Lantau. Quant à Fernando, il réfléchira à deux fois avant de manger un plat aux épices inconnues. En bref, vivre l’Asie une semaine, c’est vivre un exotisme incroyable dans ses assiettes avec son lot de bonnes et mauvaises surprises. Mais c’est aussi cela qui crée les meilleurs souvenirs !


 

Le choc culturel

Le taxi et le marché des poissons

Les offrandes originales données aux morts

Combien de valises pensez-vous qu’il est possible de transporter dans le coffre d’une berline Toyota modèle 1980 ? M. Zhou Kai Chang, chauffeur professionnel de taxi à l’aéroport de Hong Kong vous répond tout de suite : tout ce que vous voulez ! Avec la moitié du coffre du taxi ouvert et en espérant ne pas rencontrer un agent de circulation chinois sur la route, nous avons bien commencé notre conquête du sol Hongkongais. À l’arrivée à l’hôtel, nous avons découvert la raison des épidémies de grippe qui sévissent en Asie du Sud-est : alors que la température extérieure était de 30 degrés, la température à l’intérieur du bâtiment était proche de … zéro ! L’activité favorite des habitants de l’île est de mettre la climatisation au maximum pour la simple raison que... personne ne le sait, mais ce n’est pas grave : l’important c’est qu’aucun d’entre nous n’est tombé malade. Un des plus grands chocs culturels a été notre visite au marché des gourmandises exotiques d’Hong Kong. Même si la cuisine chinoise est la même que celle qu’on peut trouver ici en France. La différence, cependant, reste sur le fait que nous ne sommes pas habitués à voir notre nourriture vivante dans une cage ou un bassin avant de l’avoir servie dans nos assiettes quelques minutes plus tard. Ainsi, il n’est pas étonnant que nous sommes parfois passés par le célèbre restaurant McDonald’s. Ce n’est pas parce que les hamburgers ou les frites soient plus goûtus que les célèbres spécialités cantonaises, bien au contraire... La différence est que dans les restaurants McDonald’s on n’a pas besoin d’être présenté à la vache avant de manger un Big Mac.

 

Pour résumer…

Riche en émotions et souvenirs, ce voyage nous a permis de découvrir Hong Kong et la culture chinoise sous tous ses aspects. Ville de contrastes, Hong-Kong n’a cessé de nous surprendre. Bien qu’étant une ville surpeuplée où les habitants se pressent dans des buildings vertigineux, Hong-Kong offre quelques havres de paix comme le monastère de Chi Lin qui nous a particulièrement marqués. En plein cœur de la ville, ce monastère semblait coupé du monde, et le chant des bouddhistes nous a fait oublier le temps d’un après-midi l’agitation de la ville.

Le paisible monastère de Chi Lin

Après ces six jours mémorables, il était temps pour nous de rentrer à Paris et de retrouver le calme de notre capitale.

Cependant une dernière aventure nous attendait à l’aéroport : nous avons eu la joie (l’horreur ?!) de voler à bord d’un avion Hello Kitty. Au programme, fauteuil Hello Kitty, musique d’ambiance Hello Kitty, couverts Hello Kitty et même crudités aux couleurs Hello Kitty ! Ou comment profiter du dépaysement chinois jusqu’à la dernière minute !

Nous souhaitons enfin remercier très sincèrement la société Impex, et tout particulièrement Mr Jean-Yves Lacroix qui donne l’opportunité à 5 étudiants de partir chaque année dans cet INCROYABLE ville qu’est Hong-Kong !