Participez au Chat on line avec les responsables des parcours du master Marketing & Stratégie

27 janvier 2016
Le Live’Chat du 15 février permet de répondre à toutes les questions sur...

Nathalie ALBRIEUX (MM05), Chef de produit au Collège de Polytechnique

30 juin 14

Bonjour Nathalie, la très dynamique et souriante déléguée de la dernière promotion "Dess" du Master Marketing ! Rafraichissez-moi la mémoire... vous avez pas mal bourlingué, me semble-t-il ?

 

Oh oui ! je viens de très loin des "produits de grande consommation", pensez-donc, je suis Ingénieur agronome de formation (INAP-G 1994-1997). C’est d’ailleurs dans le secteur agricole que j’ai débuté, avec une aventure 3 ans en Afrique de l’Ouest en coopération agricole et dans la foulée 6 mois dans un laboratoire de recherche en agronomie tropicale.

Ensuite retour en France pour un poste « multi-casquette » où j’ai cumulé des fonctions de chef de produit mais aussi de chargée d’études marketing et même d’ingénierie de formation et de communication. C’était en effet une toute petite structure (7 personnes), spécialisée dans la distribution des produits agricoles et proposant une panoplie de services allant du bureau d’études au cabinet de conseil, en passant par l’organisme de formation continue et l’agence marketing et de communication.

 

Il y avait donc un "avant" le Master et d’un coup... la révélation d’un besoin ?

Oui car j’ai passé trois ans et demi dans ce poste. A la fin il m’a semblé évident à ce stade que si je voulais encore progresser, il me fallait asseoir ces compétences « empiriques » sur un socle théorique et pratique, et les valider par un diplôme reconnu. C’est à ce stade que j’ai souhaité suivre le Master Marketing de Dauphine, après une longue discussion avec vous d’ailleurs !

 

Et la sortie ...

Après le stage long dans une agence de communication spécialisée dans le secteur agroalimentaire, j’ai facilement retrouvé du travail, mais, curieusement, pas dans le secteur agricole.

Je suis aujourd’hui chef de produit « Séminaires scientifiques » au Collège de Polytechnique, un organisme de formation continue (20 personnes). Je suis en charge des séminaires scientifiques : il s’agit de formations de 1 à 5 jours adressées à des ingénieurs et chercheurs du secteur industriel, animées par des experts issus de laboratoires académiques et/ou privés, et traitant soit des avancées de la recherche scientifique (i.e. le programme ITER), soit de remises à niveau dans des domaines particuliers (i.e. la mécanique des fluides) mais toujours à vocation applicative pour l’industrie.

 

Qu’est-ce qui vous plaît dans ce poste ? Vous êtes une battante, cela bouge tellement la formation ?

Ce qui me plaît dans ce poste, c’est que les tâches sont très variées. Par exemple, pour lancer un nouveau séminaire, je dois faire :

  • une étude qualitative amont : je rencontre des directeurs techniques et scientifiques de l’industrie, des responsables Formation pour identifier leurs besoins et préciser les objectifs pédagogiques de cette nouvelle formation
  • de l’ingénierie pédagogique : je recherche et je contacte les experts « à la pointe » sur ce sujet, susceptibles d’intervenir sur ce thème, je définis avec eux les objectifs, le contenu, le déroulement et la durée de la formation
  • un suivi administratif : je contractualise la collaboration avec les intervenants
  • mon marketing et du marketing direct : je décide du pricing, je conçois, fais maquetter et imprimer la brochure du séminaire, j’organise sa diffusion : ciblage et canaux utilisés (publipostage, e-mailing, fax-mailing...) (en collaboration avec la chargée de marketing direct), j’actualise le site internet, je conçois des brochures de gamme
  • travailler à la commercialisation : je rédige l’argumentaire de vente pour l’équipe commerciale chargée du phoning (3 personnes), j’accompagne les chargés d’affaires en rendez-vous commerciaux auprès des prospects susceptibles d’être intéressés par les séminaires scientifiques, je renseigne les prospects sur les aspects scientifiques du séminaire
  • assurer la logistique de la formation (salle, restauration, matériel audiovisuel) : je suis en relation avec la chargée de logistique (cette personne se charge également des inscriptions, des conventions de formation et de la facturation)
  • et pendant la formation, je suis présente sur place pour le suivi pratique de son déroulement et le contact avec les intervenants et les participants ; je me charge également du débriefing, de la saisie et de la synthèse des questionnaires d’évaluation.

Sachant que le processus dure au moins 6 mois pour un nouveau séminaire et que je coordonne une quarantaine de séminaires scientifiques par an...

 

Bravo Vishnu ! Pourquoi avoir choisi une petite structure ? L’opinion généralement répandue incite les jeunes diplômés à la sécurité des grands groupes ?

Ce poste me permet d’être totalement autonome et j’en ai la pleine responsabilité. En particulier, ma rémunération dépend en partie de l’atteinte d’objectifs de CA et de marge brute. Pas mieux pour être payée à sa vraie valeur !

Je suis bien sûr rattachée à la responsable du pôle Formations inter-entreprises (management et scientifiques) mais l’activité majoritaire du Collège de Polytechnique est la formation « intra-entreprise ». A nous donc de démontrer nos compétences pour développer ce pôle.

Et en plus, la structure étant très petite, j’ai également des responsabilités plus globales : je suis ainsi chargée de la communication corporate du Collège de Polytechnique et je touche ainsi à différents types de médias et de supports : plaquette corporate, catalogue annuel, redéploiement du site Internet, salons professionnels et conventions d’affaires (négociation, stand, affiches...) et même les relations avec la presse spécialisée (communiqués et dossiers de presse).

Ce qui me plaît le plus dans ce poste ce sont :

  • la diversité des tâches (ingénierie pédagogique, communication, marketing), ce qui exige d’être autonome et de savoir gérer plein d’urgences en parallèle sans perdre de vue les questions de fond à plus long terme
  • la forte dimension relationnelle, tant pour le travail en transversal avec les autres chefs de produit, l’équipe commerciale, le marketing direct, la logistique en interne, que pour les contacts avec les intervenants, les participants, les responsables formation, etc. En bref, il vaut mieux avoir la fameuse vocation de « chef d’orchestre », tant soulignée lors du Master Marketing, mais vraiment indispensable dans les petites structures...

Je suis cependant consciente que ces dimensions me sont accessibles d’une part parce qu’il s’agit d’une petite structure et,d’autre part, grâce à mon expérience antérieure en ingénierie pédagogique et à ma double formation scientifique / marketing.

 

Un message aux anciens, aux étudiants ou aux candidats ?

En entrant dans le DESS -pardon, le Master- Marketing, je souhaitais travailler dans le commerce équitable agroalimentaire (vous savez, Max Havelaar, le café, les petits producteurs du bout du monde...). J’ai fait tous mes stages, la mission d’étude, les mémoires dans cette optique. Et puis voilà, je suis dans la "formation professionnelle", mais, après tout, ce n’est qu’une autre forme d’aide au développement, non ?

Un choix de filière d’études, une orientation professionnelle, une recherche d’emploi, c’est croire à ce que l’on veut faire mais c’est aussi savoir ouvrir l’œil, et reconnaître une opportunité quand elle passe.

Je souhaite à tous les étudiants actuels, futurs et passés du Master Marketing de prendre autant de plaisir à cette année de formation que j’en ai eu ! et qu’elle leur ouvre les portes de leur choix.