Participez au Chat on line avec les responsables des parcours du master Marketing & Stratégie

27 janvier 2016
Le Live’Chat du 15 février permet de répondre à toutes les questions sur...

Séminaire Marketing Trends : Big Data avec King

20 janvier 15

< Voici le quatrième article à propos de notre séminaire sur les tendances marketing à Londres qui s'est déroulé fin décembre 2014. Il a été rédigé par le groupe en charge du projet. Bonne lecture ! >

 

Le 15 décembre dernier, soit deux jours après notre arrivée à Londres, nous nous sommes rendus dans les locaux de King, l’éditeur de jeux vidéo à l’origine notamment de la saga Candy Crush, afin d’y rencontrer Cyril Papadacci, Data Scientist du département Analytics & Business Intelligence, au sujet de la thématique de la Big Data.

    ·  La société King

Société suédoise créée en 2003 par Riccardo Zacconi et cotée en Bourse depuis 2014, King compte aujourd’hui 1100 employés répartis dans ses 11 bureaux, dont les deux principaux sont celui de Stockholm et celui (très agréable !) de Londres, basé dans les anciens locaux de Facebook et que nous avons eu la chance de visiter.

Avec 190 jeux vidéo développés à ce jour – dont les célèbres Candy Crush, Bubble Witch, Pet Rescue et Far Heroes – disponibles dans plus de 200 pays, King séduit 348 millions de joueurs actifs chaque mois via ses plateformes web, mobile, et sur réseaux sociaux, ce qui en fait ainsi la plus importante société de jeux vidéo dans le monde. Leur modèle est multi-device : d’abord développés pour leur webplatform, les jeux qui performent le mieux sont ensuite lancés sur les plateformes mobile et sociale (Facebook notamment).

·  Big Data

Avec un tel nombre d’utilisateurs mensuels et un modèle économique qui est celui du « freemium » – i.e. l’accès aux jeux est gratuit mais les joueurs souhaitant disposer de temps de jeu supplémentaire ou d’aide pour passer les niveaux doivent réaliser des achats intégrés – la gestion des données utilisateurs joue forcément un rôle central dans ce service.

 

Cyril Papadacci a commencé par nous rappeler la définition du Big Data comme étant la combinaison d’un gros volume de données (de l’ordre du PitaBites) variées (de plusieurs types et langages) et émises avec rapidité mais également variables dans le temps et en qualité (données manquantes) et complexes à gérer. C’est la définition des 3 (+2) V : Volume, Variety, Velocity, Variability and Complexity.

Le Big Data fait l’objet d’un processus en 3 phases : d’abord l’extraction des données, puis sa transformation/traitement et enfin son utilisation.

Les données peuvent être traitées soit de manière traditionnelle en appliquant des méthodes statistiques, de probabilité ou d’économétrie, soit de manière prédictive pour anticiper les résultats futurs. Il est possible de trouver un compromis entre ces méthodes pour plus de précision et d’efficacité.

M. Papadacci a ensuite évoqué les enjeux de la maîtrise des données pour un groupe tel que King dont le business model repose uniquement sur des in-app purchases pour passer au niveau supérieur ou obtenir du temps de jeu supplémentaire.

 

King utilise ainsi sa base de données pour atteindre trois objectifs :

- S’assurer que les joueurs ont la meilleure expérience de jeu possible,
- Collecter des connaissances / recueillir l’expérience-client sur ce qui leur plaît dans le jeu,
- Et construire une analyse prédictive pour anticiper les achats in-app par les joueurs.

 

King a ainsi créé un algorithme pour segmenter et déterminer des typologies de clients dans l’optique d’augmenter le nombre de joueurs procédant à des achats in-app (lequel ne s'élève qu’à 3-4%) et limiter le churn (perte de client).

En parallèle, la société s’est mise à investir en média afin de recruter de nouveaux joueurs et de développer le cross-gaming (fait d’inciter des joueurs d’une saga à tester de nouvelles sagas King).

En conclusion, cette visite nous aura démontré qu’en compilant la base de données de ses millions de joueurs et en analysant ses données, les programmeurs de King arrivent à anticiper les désirs et besoins de leurs utilisateurs et à rentabiliser ainsi des jeux pourtant gratuits. La possession d’une telle base de données et l’analyse précise qu’elle en fait confère à King sa place de leader sur le marché des jeux gratuits sur mobile et valorise la société en Bourse.

 

 

Retrouvez nos articles ici : 

Le programme du séminaire

Crowdsourcing avec 100%Open

DIY chez Caudalie

RTB chez Numberly

3D Printing au Science Museum